Fil de navigation

Les Roches

LesRochesL'abri orné du petit Boinveau est un abri sous roche abondamment gravé. Elle date sans doute du mésolithique, voire de la fin du paléolithique supérieur (8.000 à 20.000 ans avant notre ère). L'absence de mobilier ne permet pas une datation plus précise.

Les clans de cette époque campent en plein air, sous de petites huttes comportant un foyer central appareillé de pierres gréseuses ou de meulières. L'implantation se fait sur l'affleurement sableux du Stampien non boisé à l'écart des fondrières de la vallée et sur un sol perméable permettant un abri sec. Boinveau convenait parfaitement à l'établissement de ces campements. D'anciens ateliers de taille se trouvent généralement au sud des abris, en direction de la pente.

 La roche ornée de Bouray se situe dans un paysage de chaos de grès - grès stampien à grain fin et ciment tendre qui se prête aisément à la gravure. Elle se trouve sur le rebord du Plateau de Balétienne, à 45m au dessus de la Vallée Gommier. Accessible par plusieurs chatières, elle a pu, à l'occasion, servir de refuge mais plus probablement de sanctuaire. Sans doute dans un souci de dissimulation, l'intérieur ne peut être parcouru que par reptation.

Les gravures n'ont pu être réalisées que par un seul exécutant, deux au maximum, en raison de l'exiguïté des lieux. Le sol et les parois sont entièrement couverts de gravures. Par contre, le plafond est nu : en raison du peu de hauteur, le graveur n'aurait pu opérer qu'à plat dos et les poussières de grès l'auraient immanquablement aveuglé. La décoration a été faite à la lumière du jour et s'arrête là où l'œil ne peut voir sans le secours d'un éclairage artificiel. La technique utilisée est l'abrasion ou le frottage provoquant une usure par les mouvements de va-et-vient à l'aide d'un silex ou d'un grès dur. Les traits ainsi obtenus ont une section en V ou en U, selon la résistance de l'outil. Les sillons sont généralement rectilignes. Les tracés curvilignes sont plus rares et malhabiles. Mais, ce qui se dégage de cet ensemble est une unité de technique et de style.

De toute cette accumulation de signes, on peut y dénombrer des traits simples ou recoupés, des croix potencées ou cupulées, des représentations humaines stylisées, des marelles pouvant représenter des filets maillés de chasse, des étoiles à 5, 6 ou 8 branches (culte céleste), des rouelles (culte solaire), des cupules, des échelles, des faisceaux, des réseaux, des figures anthropomorphes cupulées au droit des yeux avec trait buccal, des figures géométriques, des chevrons, des réticules, des signes féminins (déesse mère, fécondité) et des signes masculins stylisés. La signification de ces gravures reste à interpréter. On peut y voir une activité rituelle aux cultes de la fécondité, du soleil ou de la nature, des pratiques cabalistiques et fétichistes d'envoûtement, le balbutiement d'une écriture symbolique ou le symbole de la caverne comme étant celui du ventre maternel. Mais toutes ces thèses ne sont ni définitives ni indiscutables.

Il existe dans les environs immédiats d'autres roches gravées identiques. La grotte de Boinveau est inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 5 décembre 1979.

La Roche Champignon est emblématique des roches de grès situées dans le bois de Bouray. Elle est composée de deux gros blocs de grès. L'un tient en équilibre sur l'autre. Les coteaux de Boinveau ont des affleurements de grès qui se manifestent soit par des chaos, soit par des platières, soit par des roches de formes anarchiques. Ces roches sont le produit de l'érosion.

Liens utiles

Services Publics Communauté de Communes entre Juine et Renarde Conseil départemental de l'Essonne Conseil régionnal Ile de France

Plan interactif

BOURAY-SUR-JUINE

18, rue de la Mairie
91850

01 69 27 44 36

Envoyez-nous un e-mail