Fil de navigation

L'église

Thumbnail imageC'est au milieu du IIe siècle que le Christianisme apparaît furtivement dans notre région. Il est permis de penser que le premier lieu de culte à Borrotum (Bouray) fut l’oratoire de la Villa de Frémigny-La Boissière.

Au cours de l'évangélisation des villages qui se réalise durant le IIIe siècle, Borrotum verra s'ériger sa 1ère église en bois et sans curé titulaire. Elle dépendait directement de l’Evêque et la messe dominicale était célébrée, par délégation, par des laïcs. Le temple était sans patronage, uniquement consacré au Seigneur. La consécration à Saint-Pierre aura lieu au Ve siècle.

La cloche apparaît au IVe siècle, ponctuant les heures, annonçant les baptêmes, les mariages et les décès. Mais il faudra attendre 3 siècles pour que l’abbé de Morigny, collateur de la cure, nomme le 1er curé de la paroisse de Bouray.

Le XIe siècle est une ère de grande expansion et voit la reconstruction d'une multitude d'églises. Celle de Bouray daterait de cette époque bien que l’on avance 1120 pour la date de sa consécration.

Cet édifice a succédé aux édifices antérieurs : carolingiens, mérovingiens et païens, sur le même emplacement. Mais, pour la 1ère fois, la construction est en pierre, symbole de durée. Piliers et contreforts, baies et croisées d'ogives sont en grès de pays, taillés et appareillés. Les murs sont en petit appareil. Le plan est rectangulaire comme l'antique basilique romaine, sans transept, comprenant une nef centrale flanquée de deux collatéraux. Celui de gauche très surbaissé rappelle une crypte et le clocher est incorporé. Nef et bas-côtés étaient formés de quatre travées voûtées en croix d'ogives. Au cours de la Guerre de Cent ans, un incendie ravage l'église en 1427. L'éclatement des pierres provoque l'effondrement des deux premières croisées ainsi que la détérioration du portail et de la porte latérale. Des traces de cet incendie sont encore visibles de nos jours dans l'escalier du clocher.

Ruinée par les désastres de la guerre, la paroisse entreprend une restauration empirique au XVIe siècle par de simples entraits de charpente remplaçant les voûtes. Le linteau du portail est en anse de panier et la porte latérale est du style renaissance. Une plaque de marbre gravée près de la porte latérale commémore cette restauration.

Cette église est dédiée à l'adorable Trinité, sous l'invocation de Saint-Pierre-es-Liens, par Monseigneur Jean Lunelius, Evêque de Sébaste, in partibus, de l'ordre de Citeaux, le 25 juillet 1541. La dédicace de l’église de Bouray-sur-Juine à Saint-Pierre-es-Liens évoque la délivrance de l’apôtre Saint-Pierre par un ange, alors qu’il était emprisonné sur l’ordre d’Hérode.

Les vestiges de l’église romane sont le clocher carré et le chœur à chevet plat. En revanche, la porte latérale est du style Renaissance.

Au Moyen-Age, les murs intérieurs étaient polychromés ou tendus de tapisseries. Une restauration a permis de découvrir des vestiges de fresques médiévales et de mitres funéraires. Le chœur et l’autel ont été restaurés au XIXe siècle par le Châtelain de Frémigny. Les vitraux ont été réalisés à cette époque.

image007

image009

image011

 

Les fresques sont sans originalité. En revanche, celles du côté gauche de la Chapelle de la Vierge, datant de 1950, sont de Philippe Lejeune, artiste étampois de talent, maître d’une école renommée et dont les œuvres sont d’une grande valeur. Ces fresques représentent une visitation, une annonciation et la mort de Joseph. A l’intérieur, on trouve également quelques pierres tombales époque Renaissance.

 L’église a été inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 1957.

image016 

Liens utiles

Services Publics Communauté de Communes entre Juine et Renarde Conseil départemental de l'Essonne Conseil régionnal Ile de France

Plan interactif

BOURAY-SUR-JUINE

18, rue de la Mairie
91850

01 69 27 44 36

Envoyez-nous un e-mail